Militant-UPR-1.jpg

Le général Sékouba Konaté vient de commettre une erreur monumentale en nommant des cadres à l’enseignement supérieur le vendredi 13 août dernier. La quelle ? Les décrets rendus publics par le directeur de presse de la présidence, ont porté sur la nomination de certains cadres, la mutation ou la confirmation d’autres. En ce qui concerne le premier cas, l’on note la nomination de la directrice générale de l’ISSEG de Lambanyi.

Le président de la transition a nommé Baïdy Aribot à la Direction du fond minier quelques jours après l’avoir limogé de la Direction de la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).

Dans le même temps, et c’est ce qui attire l’attention de plus d’un observateur, le décret confirme des recteurs d’universités et d’instituts. Parmi les confirmés, l’on trouve un décédé il y a deux mois à peine. Il s’agit du regretté Dr. André Camara, ancien Directeur adjoint de la recherche à l’Institut Supérieur de l’Information et de la Communication de Kountia.

La confirmation de ce cadre disparu à son poste alors qu’il a été rappelé à Dieu, soulève beaucoup de questions quant à l’efficacité de l’administration publique guinéenne et par de là ce qui touche au contrôle des dossiers des fonctionnaires en poste.

On sait qu’un décret émane toujours d’une proposition du ministre chargé du secteur. Comme c’est le cas, on peut faire porter le chapeau au ministre de l'Enseignement Supérieur.

A lui de le rendre au Directeur de l’Institut Supérieur de l’Information et de la Communication de Kountia, s’il est vrai qu’il ne s’est pas enfermé tout seul dans son bureau pour induire le Général à l’erreur.

 

Alpha Diallo extrait du journal ‘’Le Populaire’’

Source : Kibarou

 

Commentaire

Ceci est la parfaite illustration du sérieux et de la compétence de notre très efficace administration. Pardon d’avoir  oublié d’ajouter l’indispensable « nationale » !

Lorsque Guineelibre s’est (à peine) moqué de ceux qui se baladent avec un certificat de décès en poche, pour tromper leurs créanciers, beaucoup de réactions étaient incrédules. C’est mal connaitre les Yèttè Bah et autres Sylla Khamè.

Est-ce que notre pays mérite ces troubadours qui s’ignorent ?. Comme l’on dit, le Roi est nu et les gens continuent vaillamment de faire semblant d’admirer sa belle tenue.

En ce mois de Ramadan, nous espérons que le fou rire ne vous aura pas jeté par terre..

TAD

Tag(s) : #Humour
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog