Profil

Charte du Blog

Présentation

Syndication

  • Flux RSS des articles

Recherche

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Images et videos

compteur pour blog

DD__je-suis-desole-2_.jpg



croco Intellect-1


Jean-PING_UA-1.jpg


La situation continue d'évoluer, apparemment dans le bon sens. Monsieur Jean PING, le président de l'UA vient de se féliciter au nom de son organisation de la bonne voie prise par les négociations de Ouaga le 15 Janvier 2010.

Fait notable, sans la participation  des Forces Vives, occupées à un pugilat à huis clos pour le choix d'un candidat au poste de Premier Ministre.

Il reste que l'on peut se poser la question du pourquoi de la proposition de deux candidats par les forces vives. Il s'agit d'une question de principe. Si les FV étaient unitaires, devant l'importance de l'enjeu elles devraient s'entendre sur un seul nom.

 Proposer deux candidats, comme au temps de Conté avec six candidats, laisse entendre qu'elles sont constituées de blocs qui ne s'entendent que sur le minimum. Le choix de l'un ou l'autre candidat légitimise le Président par Intérim, laissant à la discrétion d'une personnalité non élue le choix du futur patron de la transition. Une nouvelle fois ces FV viennent de montrer leur immaturité politique.

Dans cette tambouille, les forces politiques sont le plus à la ramasse. Leur proposition de Jean-Marie Doré en devient presque comique: il est légitime que ce dernier exige et demande sa participation aux joutes électorales, étant chef d'un parti politique bien structuré. La faute de cette situation revient à ceux qui l'ont proposé, ce qui s'apparente à un chant d'adieu: le point d'orgue de sa vie politique sera le poste de premier ministre de Konaté, un président qui,  quelle que soit sa bonne volonté, porte la tare de l'illégitimité du CNDD. Il est normal que J-M Doré refuse éventuellement cette mise à l'écart programmée.

La question est: pourquoi n'avoir pas choisi une personnalité de la société civile non éligible après la transition, ce qui lui donnerai les mains libres pour engager les réformes indispensables en ce court laps de temps. La Guinée manque t-elle de citoyens prêts à sacrifier l'intérêt individuel pour le collectif?

L'autre problème dans l'ombre mais qui pourrait tout faire capoter est la position actuelle de force de Pivi. Celui-ci n'a aucune obligation de se plier aux résultats des accords de Ouaga. Il l'a montré en bloquant volontairement l'aéroport national, qui n'est pas sa propriété. Rien pour le moment ne l'empêche de continuer dans cette fuite en avant.

 Raison de plus pour s'inquiéter du sort de ces "leaders politiques" qui semblent s'être jetés dans la gueule du loup d'une prétendue sécurité assurée par un criminel endurci, en faisant confiance absolue au pouvoir de Konaté sur la junte et en se focalisant uniquement sur le poste de PM.

Selon l'AFP:

[..]Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Jean Ping..se félicite de l'accord conclu à Ouagadougou le 15 janvier 2010 qui prévoit notamment la mise en place d'un gouvernement d'union dirigé par un Premier ministre issu des Forces vives, la tenue d'élections dans un délai de six mois, et la non candidature des membres du CNDD (junte guinéenne) et du gouvernement aux prochaines élections. Un accord de sortie de crise en Guinée a été signé vendredi à Ouagadougou, prévoyant un maintien "en convalescence" à l'étranger du chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara, et la tenue d'une présidentielle dans "six mois".

L'accord a été signé par le capitaine Camara, le président intérimaire le général Sékouba Konaté et le médiateur dans la crise guinéenne, le président burkinabè Blaise Compaoré,[..]

Rien, à notre avis, ne permet pour le moment de croire que la page Dadis est définitivement tournée, malgré l'apposition de sa signature au bas d'un document.. Or, sans cette condition sine qua non rien ne fonctionnera correctement, avant et pendant la transition. C'est dire, à notre avis que la sortie de crise est hypothétique, pour l'instant.

Rappel: qui avait dit que sa signature n'est pas une montagne?

Thierno A DIALLO

www.guineelibre.com

Par TAD - Publié dans : Politique
Samedi 16 janvier 2010 6 16 /01 /Jan /2010 15:50

Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Les internautes dans le monde

Hollande en visite économique en Côte d’Ivoire avant le Niger et le Tchad

F-Hollande.jpgLe président français François Hollande a entamé jeudi une tournée africaine par une visite à dominante économique en Côte d'Ivoire, avant le Niger et le Tchad où il observera le nouveau dispositif militaire français de lutte antiterroriste au Sahel.

Le chef de l'Etat, qui a été accueilli par son homologue ivoirien Alassane Ouattara, compte sur ce déplacement pour conforter la place des très nombreuses entreprises françaises implantées en Côte d'Ivoire, dont la France est le premier partenaire commercial.Quelque 800 d'entre elles, dont 160 représentants de grands groupes, y sont installées. Ces sociétés emploient près de 35.000 personnes, notamment dans les secteurs de la banque, du BTP et du transport, pour un chiffre d'affaire cumulé représentant environ 30% du PIB du pays, selon Paris.

Mais "les Français ne doivent pas penser qu'ils sont en terrain conquis. Ils doivent montrer qu'ils sont capables d'être les meilleurs", a commenté François Hollande.Malgré ce rang de premier pays investisseur et deuxième exportateur, les entreprises françaises sont obligées de "chasser en meute" pour décrocher les marchés ivoiriens, a expliqué un conseiller de l'Elysée.

François Hollande est ainsi accompagné d'une quarantaine de patrons français, dont Martin Bouygues, PDG du groupe éponyme, qui construit actuellement le troisième pont enjambant la lagune abidjanaise, projet-phare du gouvernement ivoirien.

 

La suite sur NouvelObs

La Chine projette d'atterrir sur Mars dans six ans

FOREIGN201406261119000429203425775La Chine projette de lancer une sonde vers Mars et d'y atterrir dans 6 ans pour chercher des traces de vie sur cette planète. Selon Ouyang Ziyuan, scientifique en chef du projet chinois d'exploration de la lune, l'objectif de ce plan vers Mars est d'installer une sonde spatiale sur la planète rouge.

Selon le journal chinois « Jinghua Times », le Bureau d'Astronautique de Chine projette d'atterrir sur Mars en 2020, avec pour tâche de recueillir des échantillons, rechercher la vie extraterrestre et la possibilité d'émigrer sur cette planète. Lors de la cérémonie d'ouverture du séminaire international de l'association des planétariums, qui s'est tenue à Beijing, M.Ouyang a présenté l'emploi du temps de cette tâche d'exploration. La Chine a déjà envoyé le rover lunaire Yutu sur la lune. Il s'agit du premier engin volant chinois à avoir atterri et exploré la lune. L'exploration de Mars fait partie du projet de l'expédition de la sonde Chang'e III, qui a atterri sur la lune pour développer et tester les technologies clés des plans d'exploration du future.

Toujours selon Ouyang, un autre objectif important du plan Mars est d'explorer les autres planètes du système solaire en dehors de la terre, afin de comparer les sources des planètes similaires à la terre avec la formation du système solaire.

Le Bureau d'Astronautique de Chine a un projet le plus ambitieux : avec les informations et données recueillis lors de l'exploration de Mars, il souhaite créer une autre planète habitable pour les hommes.

 

Frenchpeopledaily

Décès de la Prix Nobel Sud-Africaine Nadine Gordimer

 Nadine-Gordimer.jpg

L’écrivain sud-africaine Prix Nobel de littérature Nadine Gordimer s’est éteinte ce lundi 14 juillet à l’âge de 90 ans, auprès de sa famille à Johannesburg. Nadine Gordimer était une voix puissante de la lutte contre l’apartheid. En 1991, elle reçoit le prix Nobel de littérature, qu’elle dédie « à tous les Africains ». Nadine Gordimer laisse quinze romans et plusieurs recueils de nouvelles derrière elle, dont certains ont été interdits sous l’apartheid. À travers ses textes, elle a dressé un portrait sensible et sans concessions de l’Afrique du Sud, du désespoir de l’apartheid à l’avènement de la démocratie.

Née en 1923 dans une famille bourgeoise, Nadine Gordimer grandit dans la communauté blanche anglophone mais s’intéresse très jeune aux inégalités qui frappent son pays.C’est l’arrestation d’une amie proche en 1960 et le massacre de Sharpeville qui la poussent à s’engager dans la lutte contre l’apartheid. Nadine Gordimer rejoint même le Congrès national africain, alors interdit en Afrique du Sud.Ses plus grandes fiertés n’étaient pas seulement d’avoir reçu le prix Nobel de littérature en 1991, mais aussi d’avoir témoigné lors d’un procès, contribuant à sauver la vie de 22 membres de l’ANC, accusés de trahison.Nadine Gordimer est l’une des premières personnes que Nelson Mandela demande à voir lorsqu’il sort de prison en 1990. Proche de ses avocats, elle avait assisté à son procès en 1964 et n’avait cessé de lui écrire lors de sa longue captivité.« Quand on écrit, on n’est jamais isolée de sa société et de son monde », disait celle qui est toujours restée très critique vis-à-vis du pouvoir et des successeurs de Nelson Mandela.

RFI

 

 

AC-AST-2-Les-tueurs

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés