Présentation

  • : Guineelibre
  • Guineelibre
  • : Le Site de l'actualité, de l'analyse politique et de la discussion, en toute convivialité.Sujets de culture, d'art, de sciences et techniques, etc. Vos contributions(articles et commentaires) sont les bienvenues à l'adresse admin@guineelibre.com Voir la charte du site avant tout envoi svp.
  • Contact

Profil

  • Thierno
  • Combat pour la démocratie et les droits de l'homme partout dans le monde. Rejet de tous les extrémismes, de Droite , de Gauche ou religieux.
  • Combat pour la démocratie et les droits de l'homme partout dans le monde. Rejet de tous les extrémismes, de Droite , de Gauche ou religieux.

Images et videos

compteur pour blog

DD__je-suis-desole-2_.jpg



croco Intellect-1


Recherche

Bah-Oury-Guineelibre-DSC_0346-2b-600.jpg

Les internautes dans le monde

21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 14:41

Globe-terrestre-flotant-cadeau

Une histoire comme il en arrive rarement, et dont on se demande s’il faut en rire ou pleurer.

Il s’agit d’une vieille dame chinoise donnée pour morte. Son voisin et son fils qui découvrent le « cadavre » en prennent soin comme le veut la tradition chinoise. Elle est mise dans un cercueil non fermé afin que les parents et voisins puissent se recueillir devant la dépouille mortelle.

Après cinq jours de cérémonie, on se prépare avec beaucoup de tristesse et de chagrin à l’ensevelir. Les hommes désignés à cette tâche de bon matin sont  cependant sidérés de retrouver le cerceuil  ..vide et la « morte » dans sa cuisine en train de se préparer un solide petit-déjeuner! 

Après une tentative de fuite, ils reviennent sur leurs pas pour constater le "miracle".

D’après le « Daily Mirror », Li Xiufeng, 95 ans avait été retrouvée par un voisin immobile, sans respiration et blessée à la tête. Selon les médecins qui se sont chargés de l’affaire, la bonne dame était seulement en état de mort artificielle, sans respiration perceptible mais le corps encore chaud. La faim du long jeûne avait fini par la réveiller.

Seul problème, mais de taille pour la « revenante » : tous ses biens avaient été brulés, comme le veut la tradition locale.

 De quoi mourir réellement et définitivement.

Thierno A DIALLO

Partager cet article

Published by TAD - dans Humour
commenter cet article

commentaires

Riposte MVE (Maladie à Virus Ebola) Pita

prefecture_de_pita.jpgLes ressortissants et résidents en relation avec le député uninominal de Pita, Honorable Diouldé Sow ont décidé d’accompagner les services sanitaires dans la riposte contre EBOLA avec comme objectif zéro nouveau cas.

A cet effet, un appel à contribution est lancé en direction de toutes les bonnes volontés. Pour vos contributions, des comptes bancaires sont ouverts au niveau de la FIBANK :

Franc Guinéen : 011. 106 : 100 836 2962 – 87

Euro : 011. 106 : 011 0242 2841 – 83

Dollar :011. 106 : 0120 1159 71 – 31

 

Pour toutes fins utiles, prière de contacter les personnes suivantes :

•Elhadj Mamadou Saliou Boumah : 628 52 47 07

•Dr Alhassane Bah : 655 79 35 94

•Elhadj Mouctar Mellah : 621 67 95 25

•Baba Alpha Pita Bah : 622 21 30 79

 

Conakry,  le 17 Août 2014

Honorable Diouldé Sow

 

Tel : 622 20 38 91

Guinée : le « patient zéro » de la MVE est un enfant de 2 ans mort le 06-12-2013 à Guéckédou

Enfant-de-deux-ans.jpgLe PATIENT ZERO ,  le premier malade de l'épidémie d'Ebola qui s'est propagée en Afrique de l'Ouest est un enfant de deux ans, mort en décembre dernier. Cette découverte va permettre de mieux comprendre comment l'épidémie s'est propagée. Des épidémiologistes ont réussi à retrouver le tout premier malade de l'épidémie d'Ebola qui sévi actuellement en Afrique de l'Ouest, rapporte The Independent.

Un enfant mort en décembre. Il s'agit d'un enfant de deux ans, mort le 6 décembre dernier, quelques jours après être tombé malade, selon ces médecins, qui ont publié leur étude dans la revue The New England Journal of Medicine. L'enfant souffrait de fièvre, de nausées et de diarrhées. Un contact avec une chauve-souris ? C'est à Guéckédou, dans le sud-est de la Guinée, que vivait ce premier malade de l'épidémie qui a depuis tué près de 1.000 personnes. Cette ville de Guinée se trouve à la frontière avec le Liberia et la Sierra Leone, les deux pays où le virus s'est également propagé. Les médecins ne savent pas précisément ce qui a contaminé l'enfant, mais il pourrait s'agir d'un contact avec une chauve-souris.

Sa famille contaminée. La mère, la sœur et la grand-mère ont ensuite été contaminées. Toutes trois ont succombé à la maladie, qui s'est propagée peu à peu dans la communauté, via le personnel soignant ou personnes qui avaient assisté aux funérailles de la grand-mère, raconte le New York Times.

http://www.europe1.fr/International/Ils-ont-retrouve-le-premier-malade-de-l-epidemie-d-Ebola-2200881/

Les tirailleurs "sénégalais" dans la Grande Guerre

tirailleurs-main-1024_2.jpgEntre 1914 et 1918, 165 229 hommes sont recrutés en Afrique occidentale française et 17 910 en Afrique équatoriale française pour former 137 bataillons de tirailleurs sénégalais mis sur pied pour la guerre.

Ces hommes combattent sur le front de France, aux Dardanelles et sur le front d’Orient. 24 938 soldats africains trouvent la mort (ou sont portés disparus) dans ces combats et 36 000 sont blessés.

De nombreuses décorations — individuelles et collectives — leur sont décernées. 36 citations collectives à l'ordre de l'armée sont décernées aux bataillons de tirailleurs sénégalais. Huit d’entre eux reçoivent la fourragère aux couleurs de la croix de guerre.

Le 43e BTS (bataillon de tirailleurs sénégalais), qui compte dans ses rangs deux compagnies de tirailleurs somalis, participe à la reprise du fort de Douaumont en 1916, aux côtés du régiment d’infanterie coloniale du Maroc. Cette action lui vaut une citation à l’ordre de l’armée, qui, avec les trois autres obtenues par ailleurs, lui donne droit au port de la fourragère aux couleurs de la Médaille militaire.

Des chefs prestigieux leur rendent hommage :

• le maréchal Foch : «J’ai admiré leur merveilleux courage, leur indomptable ténacité, leur élan fougueux... J’ai apprécié leur profonde loyauté et leur absolu dévouement.»

• le général Mangin : «Les rapports d'opération, les journaux de marche et les résultats obtenus sur le champ de bataille témoignent de la valeur de ces contingents d'Afrique, aussi bien que l’admiration de leurs compagnons d’armes, les fourragères et les décorations de leurs drapeaux...»

 

Source : RFI

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog