Profil

Charte du Blog

Présentation

Syndication

  • Flux RSS des articles

Recherche

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Images et videos

compteur pour blog

DD__je-suis-desole-2_.jpg



croco Intellect-1


Pourquoi-la-vache-qui-rit-ri t-1

L’histoire de la guinée retiendra que la troisième République aura engendré un trio légendaire de médiocres et d’incompétents à la tête de ce pays entre 2010 et 2015, s’ils restent en fonction, tous les trois jusque là, ce qui serait du domaine du miracle.

De mémoire d’hommes, aucune équipe arrivée au pouvoir dans une dynamique de changement n’aura déçu tant d’espoir des populations guinéennes en général et de la jeunesse en particulier. Tant de sacrifices auront été consentis pour engendrer cet élan de changement qui n’aura été en fin de compte qu’un mirage après, à peine trois mois (100 jours) d’exercice du pouvoir par cette équipe.

1. Alpha CONDE : Cet éternel opposant qui a passé le plus clair de son temps à entretenir une haine pendant toute une campagne électorale des présidentielles et qu’il cache à peine, arrive aux affaires avec le plus grand mépris du peuple, de son opposition et des textes en vigueur dans le pays.

Ce leader devenu Président de la République et qui continue à se mettre dans la peau d’un chef de clan ou de tribu, juste pour assouvir les ambitions d’une ethnie ou d’une région au nom d’un pouvoir jadis perdu et retrouvé soudainement. Sans aucune considération pour les autres et à travers des discours de haine, de division et de stigmatisation, ce leader arrive à dresser les uns contre les autres, compromettant lourdement toute idée de réconciliation à terme.

Ce Professeur de Droit qui prend la précaution d’ignorer et de bafouer tous les textes et toutes les dispositions de la Constitution juste dans le but de dresser une nouvelle dictature dans le pays et asseoir ainsi un pouvoir autocratique sans précédent.

Oui, le Président de la République a déçu le peuple de Guinée en général et ses plus fidèles partisans et admirateurs en particulier, parce que n’étant plus capable d’aucune lisibilité de leur Champion, ni dans la vision, ni encore moins dans les actes de tous les jours. Le guinéen n’arrive plus à rêver.

Alors Alpha CONDE se crispe, se renferme et s’obstine à braver tout le monde et à vouloir aller de l’avant coûte que coûte, droit dans le mur comme son ami de l’internationale socialiste, Laurent GBAGBO qui disait il n’y a pas si longtemps que cela : « Milles morts à gauche, milles morts à droite, moi, j’avance ! » ou encore : « On gagne ou on gagne ! » On sait aujourd’hui où se trouve cet autre champion de l’obstination.

Alpha dans sa course vers le chaos s’est entouré de plus médiocres et de plus incompétents encore pour assurer les basses besognes, quitte à servir de fusibles à un moment donné.

2. Alhassane CONDE : Ce cadre « spécialiste » de la Décentralisation avait déjà commencé ses actions tordues comme simple cadre de l’administration du territoire au profit de son champion en bravant tous les textes de la République. C’est donc pour une mission bien précise que cet homme arrive à l’administration du pouvoir pour mettre au pas tous les cadres décentralisés au profit du RPG. C’est alors que l’on assiste à l’installation très tôt et systématiquement de délégations spéciales à la place d’élus au mépris des dispositions du Code des Collectivités Locales. Des instructions fermes sont données à ces cadres d’installer méthodiquement et systématiquement les structures du RPG partout dans le pays avec pour point d’honneur, la mutation sinon le licenciement de tous les cadres récalcitrants.

Fort de ses actes, Alhassane CONDE cherche à aller encore plus loin, à travers une vision de mettre au pas, par tous les moyens, la CENI en mettant sur pieds un projet de décret, dans le but de prendre les prérogatives de la CENI, outre passant ainsi de fait, son rôle de partenaire technique. Grâce à la vigilance de l’opposition, ce projet sera mort né.

Au moment où se pose la question de restructuration de la CENI dans la tête des leaders de l’opposition, ce Ministre trouve lui, le moyen de changer les représentants de l’Administration à la CENI tout en refusant aux autres acteurs d’en faire autant, conformément aux dispositions de la loi sur la composition de la CENI et la parité.

C’est dans cette pagaille qu’un semblant de dialogue a été amorcé avec la création d’un Centre pour encore et toujours brouiller les cartes de la transparence et du consensus dans le processus. On connaît alors les résultats de ce fameux dialogue.

Après l’échec d’une première tentative de date d’élections législatives le 29 Décembre 2011, Alhassane CONDE, comme le ridicule ne tue pas, annonce publiquement que les élections auront lieu en Mai 2012, outre passant ainsi ses prérogatives. La médiocrité de ce cadre l’amène aujourd’hui à reconnaître, après l’annonce de son Chef, que la date du 8 Juillet serait difficilement tenable, tout en plaçant des arguments qui montrent bien que, dès le départ, cette date était ridicule.

3. Loucény CAMARA : « Pour rien au monde je ne démissionnerai ! ». Cela montre bien le manque de dignité et de sens de la responsabilité d’un homme qui a été condamné par les tribunaux, accusé par ses mentors de gestion calamiteuse de la CENI aux Présidentielles et qui occupe une fonction qui est par essence issue d’un consensus entre tous les acteurs politiques intéressés aux élections. Incapable et incompétent, ce cadre fixe des dates d’élections sans être en mesure de les respecter, comme pour gagner du temps. Mais cela, il ne l’a pas pris bien loin.

Jamais dans l’histoire des CENI de la Sous région, un Président n’aura été aussi décrié dans sa personnalité et dans sa fonction. D’une obstination sans pareil et d’un mépris d’une rare arrogance, cet homme à tout faire de Alpha CONDE, se met en tête d’organiser des élections sans la participation des principaux acteurs qui représente pas moins de 70% de l’électorat, dans le processus.

Au-delà des acteurs politiques, la Société Civile s’est sentie obligée de s’impliquer pour la résolution de la crise, sans succès. Des dissidents se sont mêmes érigés au sein de la CENI pour souligner la gestion opaque et solitaire des affaires de cette Institution en charge des élections. Cette opacité est accentuée par la présence d’une cellule technique qui joue désormais le rôle des Commissaires assermentés.

Dans cette gestion solitaire et unilatérale et après l’échec de la date du 29 Décembre 2011 initialement proposée, Loucény CAMARA récidive à nouveau quelques mois plus tard, en proposant la date du 8 Juillet 2012 pour la tenue des élections législatives, tout en sachant, dès le départ que les commissaires avaient déjà fait un chronogramme qui demande objectivement des élections au plus tôt vers la fin Novembre 2012.

Se rendant à l’évidence, les trois bandits de grands chemins se réveillent et se rendent bien compte que l’incompétence ne peut rien faire. Alors la fin de semaine aura été très longue pour nos trois tortues. En effet, coup sur coup et successivement l’un après l’autre, Alhassane CONDE, sur les ondes d’une radio privée, commence par douter, après une soit disant mission sur le terrain, du réalisme de la date du 8 Juillet. A quelques heures de la date limite pour la convocation du corps électoral, c’est le Président de la République qui se réveille pour dire qu’il ne peut pas convoquer ce samedi les électeur parce que les choses ne sont pas au point. Comme s’il fallait attendre la veille de la date limite pour s’en rendre compte.

Comme le hasard et la coïncidence font bien les choses, c’est à ce moment là que Alpha CONDE invite Cellou Dalein pour lui demander de lui faire des propositions sur les dispositions à prendre pour aller le plus rapidement que possible aux élections. Il dit lors de cet entretien que la date du 8 Juillet ne vient pas de lui, mais de la CENI et qu’il n’est donc pas lié à cette date.

Le Président de la République demande alors de la manière la plus vicieuse, à la CENI de revoir sa copie et de lui soumettre un chronogramme en s’assurant du respect des délais, afin que la prochaine date soit la bonne. Cette injonction à la CENI exige la participation de tous les acteurs concernés.

La Morale de cette histoire est que la médiocrité et l’incompétence de cette équipe nous amènent à les voir faire des choses bizarre, 18 mois après leur accession aux affaires, alors que s’ils avaient pris la peine de faire les choses comme il se devait, on aurait déjà fini avec cette interminable transition.

Si l’on peut reconnaître que le Président de la République est élu au suffrage universel et donc légitime durant son mandat, Le sens de l’honneur et de la dignité devrait amener Loucény CAMARA et Alhassane CONDE à démissionner pour incompétence et non atteinte des objectifs fixés.

Au Ministre des Audits et du Contrôle d’évaluer l’implication des fonds du contribuable guinéen dans cette opération d’élection du 8 Juillet qui n’aura plus lieu, à moins que l’incompétence soit aussi au niveau de cet autre ministre qui ne voit même pas la nécessité de tirer la sonnette d’alarme sur ce genre de gaspillage dont le pays n’a pas besoin de s’offrir.

Vous conviendrez avec moi pour revenir au débat qui nous préoccupe que l’éternelle question demeure :

« Alpha CONDE veut-il réellement organiser ces élections pour finir enfin cette transition, sachant pertinemment qu’avec ses 18% au premier tour, les défections que l’on connaît au sein du RPG/Arc-En-Ciel et les déçu de cette gestion, il pourra avoir la majorité à la prochaine Assemblée Nationale dans la transparence ? »

A chacun de répondre à cette question.

Dans tous les cas, comme disent les jeunes : « Woulé bara gnon ! »

 

Mamadou BARRY,

Analyste Financier mamadoubiro@yahoo.fr

68-28-09-09 (Orange – 28 – Septembre – 2009)

 (By Ollaid)

Par Mamadou Barry - Publié dans : Libre opinion
Samedi 28 avril 2012 6 28 /04 /Avr /2012 14:28

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Les internautes dans le monde

Hollande en visite économique en Côte d’Ivoire avant le Niger et le Tchad

F-Hollande.jpgLe président français François Hollande a entamé jeudi une tournée africaine par une visite à dominante économique en Côte d'Ivoire, avant le Niger et le Tchad où il observera le nouveau dispositif militaire français de lutte antiterroriste au Sahel.

Le chef de l'Etat, qui a été accueilli par son homologue ivoirien Alassane Ouattara, compte sur ce déplacement pour conforter la place des très nombreuses entreprises françaises implantées en Côte d'Ivoire, dont la France est le premier partenaire commercial.Quelque 800 d'entre elles, dont 160 représentants de grands groupes, y sont installées. Ces sociétés emploient près de 35.000 personnes, notamment dans les secteurs de la banque, du BTP et du transport, pour un chiffre d'affaire cumulé représentant environ 30% du PIB du pays, selon Paris.

Mais "les Français ne doivent pas penser qu'ils sont en terrain conquis. Ils doivent montrer qu'ils sont capables d'être les meilleurs", a commenté François Hollande.Malgré ce rang de premier pays investisseur et deuxième exportateur, les entreprises françaises sont obligées de "chasser en meute" pour décrocher les marchés ivoiriens, a expliqué un conseiller de l'Elysée.

François Hollande est ainsi accompagné d'une quarantaine de patrons français, dont Martin Bouygues, PDG du groupe éponyme, qui construit actuellement le troisième pont enjambant la lagune abidjanaise, projet-phare du gouvernement ivoirien.

 

La suite sur NouvelObs

La Chine projette d'atterrir sur Mars dans six ans

FOREIGN201406261119000429203425775La Chine projette de lancer une sonde vers Mars et d'y atterrir dans 6 ans pour chercher des traces de vie sur cette planète. Selon Ouyang Ziyuan, scientifique en chef du projet chinois d'exploration de la lune, l'objectif de ce plan vers Mars est d'installer une sonde spatiale sur la planète rouge.

Selon le journal chinois « Jinghua Times », le Bureau d'Astronautique de Chine projette d'atterrir sur Mars en 2020, avec pour tâche de recueillir des échantillons, rechercher la vie extraterrestre et la possibilité d'émigrer sur cette planète. Lors de la cérémonie d'ouverture du séminaire international de l'association des planétariums, qui s'est tenue à Beijing, M.Ouyang a présenté l'emploi du temps de cette tâche d'exploration. La Chine a déjà envoyé le rover lunaire Yutu sur la lune. Il s'agit du premier engin volant chinois à avoir atterri et exploré la lune. L'exploration de Mars fait partie du projet de l'expédition de la sonde Chang'e III, qui a atterri sur la lune pour développer et tester les technologies clés des plans d'exploration du future.

Toujours selon Ouyang, un autre objectif important du plan Mars est d'explorer les autres planètes du système solaire en dehors de la terre, afin de comparer les sources des planètes similaires à la terre avec la formation du système solaire.

Le Bureau d'Astronautique de Chine a un projet le plus ambitieux : avec les informations et données recueillis lors de l'exploration de Mars, il souhaite créer une autre planète habitable pour les hommes.

 

Frenchpeopledaily

Décès de la Prix Nobel Sud-Africaine Nadine Gordimer

 Nadine-Gordimer.jpg

L’écrivain sud-africaine Prix Nobel de littérature Nadine Gordimer s’est éteinte ce lundi 14 juillet à l’âge de 90 ans, auprès de sa famille à Johannesburg. Nadine Gordimer était une voix puissante de la lutte contre l’apartheid. En 1991, elle reçoit le prix Nobel de littérature, qu’elle dédie « à tous les Africains ». Nadine Gordimer laisse quinze romans et plusieurs recueils de nouvelles derrière elle, dont certains ont été interdits sous l’apartheid. À travers ses textes, elle a dressé un portrait sensible et sans concessions de l’Afrique du Sud, du désespoir de l’apartheid à l’avènement de la démocratie.

Née en 1923 dans une famille bourgeoise, Nadine Gordimer grandit dans la communauté blanche anglophone mais s’intéresse très jeune aux inégalités qui frappent son pays.C’est l’arrestation d’une amie proche en 1960 et le massacre de Sharpeville qui la poussent à s’engager dans la lutte contre l’apartheid. Nadine Gordimer rejoint même le Congrès national africain, alors interdit en Afrique du Sud.Ses plus grandes fiertés n’étaient pas seulement d’avoir reçu le prix Nobel de littérature en 1991, mais aussi d’avoir témoigné lors d’un procès, contribuant à sauver la vie de 22 membres de l’ANC, accusés de trahison.Nadine Gordimer est l’une des premières personnes que Nelson Mandela demande à voir lorsqu’il sort de prison en 1990. Proche de ses avocats, elle avait assisté à son procès en 1964 et n’avait cessé de lui écrire lors de sa longue captivité.« Quand on écrit, on n’est jamais isolée de sa société et de son monde », disait celle qui est toujours restée très critique vis-à-vis du pouvoir et des successeurs de Nelson Mandela.

RFI

Nadine Gordimer ou la seconde mort de Mandela par N. I. BABY SOUMAH

SOUMAH_Nabbie_Ibrahim_Baby_300px.jpg« La politique n'est pas le but dernier absorbant tous les autres. Mais si c'est la politique n'est pas tout, elle est en tout » clamait Nadine Gordimer.Cet axiome, qui m'avait en son temps beaucoup marqué, influencé dans mon action publique et qui est toujours d'actualité, a incité cette afrikaner (une blanche sud-africaine), cette romancière à s'engager pour combattre et terrasser l'hydre de l’Apartheid.Dans son dernier roman, « No time like the present » (« Vivre à présent », éd. Grasset, 2013), N. Gordimer, avait mis l'accent sur la déception, le désenchantement de ceux qui avaient contribué à abattre l’Apartheid et rêvaient d’une Afrique du Sud plus vertueuse que celle dans laquelle ils vivaient désormais, libres mais déçus.Une grande dame d'Etat s’est éteinte le 14 juillet à l’âge de 90 ans.Issue d'une famille bourgeoise, de père juif et de mère anglaise, cette privilégiée de la communauté anglophone blanche ne fut jamais insensible aux inégalités raciales et aux problèmes sociopolitiques de son pays.En 1991, elle fut récompensée du Prix Nobel de littérature, à la fois pour une œuvre importante couvrant plus d’un demi-siècle d’écriture, mais aussi pour un engagement réel et courageux contre le système abominable de l’Apartheid.N. Gordimer avait fait la connaissance de Nelson Mandela (1918-2013) au début des années 60, alors que le leader de l'ANC passait en procès pour subversion. A sa sortie de prison, en 1990, elle devint sa confidente, une grande amie.Elle s’engagera du côté des résistants à l’Apartheid et ne cessera de témoigner de la réalité et des affres de la ségrégation raciale, notamment dans ses livres qui ont connu un écho considérable dans le monde entier (cf. Feu le monde bourgeois, Un monde d’étrangers, Feu Le monde bourgeois, Le Conservateur, Fille de Burger, Ceux de July, L’arme domestique, entre autres...).Elle publiera également des essais dont certains ont été regroupés dans un recueil publié en plein Apartheid (cf. Le geste essentiel, ed. Plon, 1988).Repose en paix Nadine Gordimer, une femme pour qui j'avais une admiration sans borne, sans égal au même titre que d'autres figures de la lutte anti-apartheid telle :

- Stephen Bantu Biko dit Steve Biko (1946-1977) dont le combat est relaté dans le film « Cry freedom» en 1988 de Richard Attenborough et brillamment interprété par l'acteur américain Denzel Washington ;

- L'archevêque anglican Desmond Mpilo Tutu qui a reçu le prix Nobel de la paix en 1984 ;

- Dulcie September (1935-1988) assassinée le 29 mars 1988 à Paris ;

- et Winnie madikizela-Mandela, l'ancienne épouse de Nelson Mandela.

Avec la disparition de N. Gordimer, j'ai le sentiment d'une seconde mort de son ami et confident Nelson Madiba Mandela. Que L'OMNISCIENT veille sur vous ! Amen !

Nabbie Ibrahim «Baby » SOUMAHJuriste et anthropologue guinéen

nabbie_soumah@yahoo.fr

 

 

AC-AST-2-Les-tueurs

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés