Présentation

  • : Guineelibre
  • Guineelibre
  • : Le Site de l'actualité, de l'analyse politique et de la discussion, en toute convivialité.Sujets de culture, d'art, de sciences et techniques, etc. Vos contributions(articles et commentaires) sont les bienvenues à l'adresse admin@guineelibre.com Voir la charte du site avant tout envoi svp.
  • Contact

Profil

  • Thierno
  • Combat pour la démocratie et les droits de l'homme partout dans le monde. Rejet de tous les extrémismes, de Droite , de Gauche ou religieux.
  • Combat pour la démocratie et les droits de l'homme partout dans le monde. Rejet de tous les extrémismes, de Droite , de Gauche ou religieux.

Images et videos

compteur pour blog

DD__je-suis-desole-2_.jpg



croco Intellect-1


Recherche

Bah-Oury-Guineelibre-DSC_0346-2b-600.jpg

Les internautes dans le monde

6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 00:44

MNLA-Mali

Selon une déclaration du Ministre Français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, rapportée par le NouvelObs, une intervention militaire africaine s'avère de plus en plus incontournable. Dans la moitié-nord du mali, les groupes dits islamistes sèment la terreur au sein de la population. Mains coupées (comme par hasard, toujours celles  de noirs, à croire qu'aucun basané ne vole ou n'a jamais volé…), familles assassinées par lapidation comme il ya 15 jours à Anguelokh, brigades de respect des horaires de prières et d'observation obligatoire du Jeûne même pour les enfants et malades, etc.

Les monuments religieux, historiques, les tombes de Saints datant de plusieurs siècles sont systématiquement détruits. Exactement comme les Bouddhas géants de Bimayan par les talibans en 2006 en Afghanistan. Une interprétation rigoriste et obscurantiste de l'islam que ces fanatiques veulent clairement étendre à toute l'Afrique.

Ce qui se passe au Mali est grave. Notre pays, frontalier au sud et pas tellement éloigné de cette zone de non-droit a tout à perdre d'une victoire des fanatiques à nos portes. Le landernau politique guinéen, la tête dans le guidon des interminables législatives voulues par AC, risque d'avoir un réveil en sursaut très douloureux. La zone la plus proche géographiquement et donc  la plus menacée étant la Haute-Guinée. Il ne faudra pas compter sur les grandes gueules des "Donzos" maliens ou guinéens, aptes à assassiner des civils mais fuyards devant des hommes armés pour assurer la sécurité de quiconque.

La caste historique des Donzos ou chasseurs a perdu de son importance depuis belle lurette, précisément à l'arrivée et le métissage avec les Peulhs au cours de leurs migrations, qui apporteront leurs techniques d'élevage et leur "or blanc", le lait. Les descendants sont ce jour les Peulhs du Ouassoulou.

Rappelons pour ceux qui ont tendance à l'oublier que l'armée traditionnelle du Mandé était constituée de Sofas, pas de Donzos. Ces derniers,dont le rôle était plutôt "alimentaire", étaient chargés d' assurer la fourniture en viande de brousse, l'élevage ne faisant pas partie à l'époque de leurs traditions.. De nos jours, avec les fusils modernes ou les arles de guerre, principalement les kalachnikov,ils déciment  le reste de notre faune ; leurs antiques fusils copiés sur ceux des boucaniers et flibustiers du 17 ième siècle étant incapables d'abattre un  rat en pleine force de l'âge. Cela, lorsque les  canons faits de tuyaux de plomb de leurs vieilles pétoires ne leur sautaient pas à la figure...

Cela, c'est l'histoire connue des anciens.

 Depuis le coup d'Etat contre ATT et l'invasion des troupes venues de Lybie et d'Algérie sous la pression militaire de ces pays , la chute de Kadhafi fait  peser une grave menace sur la stabilité de nos régions. Les hordes de barbus n'ayant plus aucun respect pour les autochtones musulmans ou pour les autres communautés religieuses qui doivent se plier à des préceptes interprétés par des incultes, dits à tort "coraniques".

"Une intervention militaire africaine est "souhaitable et inéluctable", a-t-il insisté. "La France la soutiendra et je l'espère, l'Union européenne aussi".

Il s'agit pour les pays africains "d'assurer la stabilité politique à Bamako, qui n'est pas encore assurée même si le président (par intérim Dioncounda) Traoré est revenu de Paris à Bamako cette semaine, d'assurer un gouvernement d'union nationale, lui donner la souveraineté nécessaire et étendre cette souveraineté au Nord-Mali avec inévitablement une intervention armée que la France pourra soutenir mais dont elle ne prendra pas l'initiative".

La situation dans le nord du Mali est "très préoccupante", a jugé Jean-Yves. Le Drian. "Il faut éviter par tous les moyens que cette partie du Mali devienne un 'Sahélistan', et les ingrédients sont en train de se rassembler pour qu'elle le devienne", a-t-il dit, faisant un parallèle avec l'évolution de l'Afghanistan.

Le ministre a ajouté que la question du Mali serait abordée lors d'un entretien qu'il aura avec son homologue espagnol Pedro Morenes, à l'occasion de quelques jours de vacances privées dans un village près de Madrid vers la mi-août." (1)

Nos "vaillantes armées" promptes à casser du peuple (surtout peulh) ont donc une occasion en or pour monter leurs biceps, et les dirigeants africains seraient bien avisés d'agir vite en arrêtant les interminables réunions et rencontres soi-disant pour discuter de ce qu'il faut faire dans des hotels climatisés, arrosés de per-diem généreux. A ce rythme ils seront tous bientôt balayés par les obscurantistes islamistes.

Et c'est toujours la population qui sera perdante, comme d'habitude. Le "Professeur", ses ministres, auront quant à eux pris la tangente depuis belle lurette pour des cieux plus cléments.

Thierno A DIALLO

 

(1)  http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120805.OBS8974/mali-le-drian-une-intervention-africaine-au-mali-ineluctable.html

Partager cet article

Published by TAD - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Riposte MVE (Maladie à Virus Ebola) Pita

prefecture_de_pita.jpgLes ressortissants et résidents en relation avec le député uninominal de Pita, Honorable Diouldé Sow ont décidé d’accompagner les services sanitaires dans la riposte contre EBOLA avec comme objectif zéro nouveau cas.

A cet effet, un appel à contribution est lancé en direction de toutes les bonnes volontés. Pour vos contributions, des comptes bancaires sont ouverts au niveau de la FIBANK :

Franc Guinéen : 011. 106 : 100 836 2962 – 87

Euro : 011. 106 : 011 0242 2841 – 83

Dollar :011. 106 : 0120 1159 71 – 31

 

Pour toutes fins utiles, prière de contacter les personnes suivantes :

•Elhadj Mamadou Saliou Boumah : 628 52 47 07

•Dr Alhassane Bah : 655 79 35 94

•Elhadj Mouctar Mellah : 621 67 95 25

•Baba Alpha Pita Bah : 622 21 30 79

 

Conakry,  le 17 Août 2014

Honorable Diouldé Sow

 

Tel : 622 20 38 91

Guinée : le « patient zéro » de la MVE est un enfant de 2 ans mort le 06-12-2013 à Guéckédou

Enfant-de-deux-ans.jpgLe PATIENT ZERO ,  le premier malade de l'épidémie d'Ebola qui s'est propagée en Afrique de l'Ouest est un enfant de deux ans, mort en décembre dernier. Cette découverte va permettre de mieux comprendre comment l'épidémie s'est propagée. Des épidémiologistes ont réussi à retrouver le tout premier malade de l'épidémie d'Ebola qui sévi actuellement en Afrique de l'Ouest, rapporte The Independent.

Un enfant mort en décembre. Il s'agit d'un enfant de deux ans, mort le 6 décembre dernier, quelques jours après être tombé malade, selon ces médecins, qui ont publié leur étude dans la revue The New England Journal of Medicine. L'enfant souffrait de fièvre, de nausées et de diarrhées. Un contact avec une chauve-souris ? C'est à Guéckédou, dans le sud-est de la Guinée, que vivait ce premier malade de l'épidémie qui a depuis tué près de 1.000 personnes. Cette ville de Guinée se trouve à la frontière avec le Liberia et la Sierra Leone, les deux pays où le virus s'est également propagé. Les médecins ne savent pas précisément ce qui a contaminé l'enfant, mais il pourrait s'agir d'un contact avec une chauve-souris.

Sa famille contaminée. La mère, la sœur et la grand-mère ont ensuite été contaminées. Toutes trois ont succombé à la maladie, qui s'est propagée peu à peu dans la communauté, via le personnel soignant ou personnes qui avaient assisté aux funérailles de la grand-mère, raconte le New York Times.

http://www.europe1.fr/International/Ils-ont-retrouve-le-premier-malade-de-l-epidemie-d-Ebola-2200881/

Les tirailleurs "sénégalais" dans la Grande Guerre

tirailleurs-main-1024_2.jpgEntre 1914 et 1918, 165 229 hommes sont recrutés en Afrique occidentale française et 17 910 en Afrique équatoriale française pour former 137 bataillons de tirailleurs sénégalais mis sur pied pour la guerre.

Ces hommes combattent sur le front de France, aux Dardanelles et sur le front d’Orient. 24 938 soldats africains trouvent la mort (ou sont portés disparus) dans ces combats et 36 000 sont blessés.

De nombreuses décorations — individuelles et collectives — leur sont décernées. 36 citations collectives à l'ordre de l'armée sont décernées aux bataillons de tirailleurs sénégalais. Huit d’entre eux reçoivent la fourragère aux couleurs de la croix de guerre.

Le 43e BTS (bataillon de tirailleurs sénégalais), qui compte dans ses rangs deux compagnies de tirailleurs somalis, participe à la reprise du fort de Douaumont en 1916, aux côtés du régiment d’infanterie coloniale du Maroc. Cette action lui vaut une citation à l’ordre de l’armée, qui, avec les trois autres obtenues par ailleurs, lui donne droit au port de la fourragère aux couleurs de la Médaille militaire.

Des chefs prestigieux leur rendent hommage :

• le maréchal Foch : «J’ai admiré leur merveilleux courage, leur indomptable ténacité, leur élan fougueux... J’ai apprécié leur profonde loyauté et leur absolu dévouement.»

• le général Mangin : «Les rapports d'opération, les journaux de marche et les résultats obtenus sur le champ de bataille témoignent de la valeur de ces contingents d'Afrique, aussi bien que l’admiration de leurs compagnons d’armes, les fourragères et les décorations de leurs drapeaux...»

 

Source : RFI

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog