2008_Guinea_Coup.jpg

De nombreux militaires guinéens ont déserté les casernes pour se volatiliser dans la nature. Le chef d’état-major de l’armée de terre, le colonel Nouhou Thiam, leur demande de regagner immédiatement leurs unités, sous peine d’être radiés de l’armée. Il somme aussi les détenteurs de grades fictifs de les rendre dans les meilleurs délais.

Les garnisons militaires sont en train de se vider. De nombreux soldats auraient déserté leurs unités pour se fondre dans la nature. Le phénomène a pris une telle ampleur que le chef d’état-major de l’armée de terre, le colonel Nouhou Thiam est monté au créneau pour fustiger cette indiscipline caractérisée des militaires. ‘J'ai donné des instructions relatives aux militaires qui ont quitté leurs unités. Tout militaire qui ne rejoint pas son unité avant la date butoir sera considéré comme un déserteur et sera radié des effectifs’, a-t-il ainsi prévenu vendredi, en s’adressant aux troupes au cours d'une visite au bataillon du Génie civil à Conakry. Le patron de l’armée de terre ne donne aucune explication sur les raisons de ces désertions qu’il semble lui-même ignorer.

Curieusement, les présumés déserteurs ne laissent aucune trace sur leur destination. Ce phénomène serait lié à la réforme annoncée de l’armée et de la police, décidée par le président intérimaire, le général Sékouba Konaté, lors de la signature des accords de Ouagadougou, au mois de janvier dernier. Ces militaires, qui semblent avoir été pris de court par cette décision, veulent certainement anticiper sur leur radiation de l’armée qui s’avère aujourd’hui inéluctable. Ils auraient alors décidé de partir, sur la pointe des pieds, avant de subir l’humiliation. La plupart de ces soldats avaient été enrôlés dans l’armée, sans aucun respect des critères requis en matière de recrutement. Les autorités guinéennes veulent profiter de la mise en œuvre de cette réforme pour débarrasser l’armée guinéenne de ses brebis galeuses. La grande muette était en fait devenue le refuge des violeurs, vandales, voleurs et narcotrafiquants. Les évènements survenus au stade du 28 septembre dernier, à Conakry, en sont une parfaite illustration.

Contrairement à son prédécesseur qui avait créé des milices ethniques, recruté des mercenaires et protégé les auteurs des crimes abominables, le général Konaté a pris le pari d’instaurer l’ordre et la discipline dans les casernes. Et il veut finir ce travail avant la fin de sa présidence prévue dans quatre mois environ. Il a, sans nul doute, besoin du soutien de la communauté internationale pour réaliser ce rêve qui est celui de bâtir une armée véritablement professionnelle et respectueuse des valeurs et principes républicains.

POUR FAIRE EVOLUER LES MENTALITES : On va privilégier la formation et la discipline

Le colonel Thiam a déjà donné un avant goût de ce que sera cette réforme. Les avancements de masse sont désormais terminés. A partir de maintenant, les soldats seront notés sur la base du mérite personnel sans aucune forme de discrimination. ‘Rien ne sera plus comme avant dans l'armée’, a-t-il indiqué. Le patron de l’armée guinéenne veut mettre l’accent sur la formation et la discipline pour faire évoluer les mentalités. ‘Je vous appelle à l'instruction et à la formation. Parce que désormais, il n'y aura plus d'avancement en masse. Chaque militaire sera noté et avancé conformément à son rendement et à son mérite’, a fait remarquer le colonel Thiam, comme pour dire : ‘C’est fini la récréation’.

Il s’en est aussi vivement pris aux militaires qui détiennent des grades fictifs sans actes officiels. ’A partir de cet instant, les militaires qui portent des grades sans actes doivent les enlever immédiatement. L'armée, ce sont les actes, l'ordre et la discipline. Pour chaque grade, il faut un acte’, a-t-il conclu. De nombreux soldats détiendraient aujourd’hui des grades sans y avoir droit. Ils ont acquis ces avancements par copinage, clientélisme ou larbinisme qui sont des pratiques très répandues, dans ce pays, depuis l’indépendance.

La hiérarchie militaire devrait aussi, espèrent les observateurs, se pencher sur le cas de ces militaires méritants qui se sont donnés, corps et âme, pour défendre les valeurs républicaines mais qui n’ont jamais été récompensés.

Leur seul tort, c’est de ne pas être fils de général ou de colonel ; ou encore de ne pas avoir un frère ou cousin bien placé dans la hiérarchie militaire. Les partenaires de la Guinée ont promis de l’aider à réformer son armée et ses services de sécurité. C’est le cas notamment des Nations unies, de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest, de l’Union africaine et des Etats-unis. Une délégation d’experts militaires américains séjourne, depuis une semaine, à Conakry ; alors que le général Dieng se trouve déjà sur place pour le compte de l’Onu.

Mamadou Aliou DIALLO 

Tag(s) : #Actualité
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog